Loader Logo
Article

Jessy Kikabou

Des chips et des lettres

Nos pérégrinations au cœur de la création française nous mènent aujourd'hui à la rencontre de Jessy Kikabou et de sa dernière série typographique. À vos feutres et brosses à dents pour une virée entre calligraphie, snacks et sucreries !

Outre le fait qu'il sache flatter nos yeux et éveiller nos papilles comme personne, nous dirions que le monde artistique n'est pas une nouveauté pour Jessy. En effet, sa première approche débute dès son plus jeune âge avec les dessins animés et la bande dessinée, l'amenant rapidement à manier le crayon, à créer ses propres cases, bulles et aventures.

« Je voulais raconter des histoires, c’était ça mon truc, je voulais faire de la BD au départ... Puis je me suis rendu compte qu’il existait d’autres manières de raconter des choses et je crois que c’est ce qui m’a attiré dans le design et la communication visuelle. »

Avant de découvrir le « design » à proprement parler, Jessy côtoie aussi l'art du spectacle : « [...] je suis un (ancien) danseur de hip-hop, j’enchaînais les spectacles, les concours chorégraphiques, les battles... J’ai rien connu de mieux que cette époque pour l’instant. »

SEO

En 2012 il rejoint une école de création, E-artsup, pensant au départ « [...] faire de longues études en motion design puis en cinéma d'animation ». Il en est autrement puisqu'il se tourne finalement vers une fillière basée sur la communication et la publicité.

Aujourd'hui, son master en poche, lorsqu'il n'est pas chez lui au milieu des tours du 94 (Val-de-Marne) qu'il adore, Jessy travaille au sein de l'agence Sid Lee. Il y exerce le rôle de directeur artistique « [...] avec Tyrsa (Alexis Taïeb) qui a son bureau juste au-dessus du mien… #PRESSION  ». En effet, tout comme son confrère de renom, Jessy affectionne l'art des lettres et pratique la calligraphie depuis quelques temps.

Plus précisément, cet univers il le découvre en 2013 : « J’ai commencé grâce à mon professeur de typographie à l'école (E-artsup), David Laranjeira. Il m’a donné un vrai goût pour les lettres… Puis j’ai découvert Tyrsa, Nairone, Remy Boiré, Xavier Casalta, Florian Schneider, Ged Palmer, Frisso, Pieter Ceizer, Pokras Lampas, Julien Chazal, Mike Meyers... J’ai acheté des livres, j’en ai emprunté, j’ai essayé de comprendre ce qu’étaient les lettres, ce qu’elles sont les unes par rapport aux autres... J’ai expérimenté pas mal de styles ! Au final aujourd’hui je dessine des mots, des lettres, en essayant d’être à la fois juste et décomplexé. »

Comme il le dit lui même, l'origine de cette série axée sur des marques part d'un simple « délire » pour s'amuser et se faire plaisir : « L’idée c’était de travailler une image centrée sur la typographie avec une illustration autour. Grand fan de la junk-food que je suis, je lui ai rendu un petit hommage. Le choix des marques n’avait aucun objectif c’était plutôt une histoire de mise en page en fait. Je cherchais des éléments à faire « voler » autour de ma typo'. [...] Le fait d’avoir le nom de la marque en style brush ne facilite pas la lisibilité, mais l’illustration vient nous aider à lire ce qu’il y a écrit. C’est cette dualité que je trouvais intéressante, tout en ayant quelque chose de festif/pop visuellement. »

Cette série ne représente au final qu'une petite partie du travail de Jessy Kikabou. N'hésitez pas à aller jeter un œil à son Behance, son Facebook ainsi qu'à son Instagram (prochainement de retour, restez connectés) si vous désirez en voir plus !

L'article vous a plu ? Montrez-le nous !